Actualité // Informations

Découvrez des extraits d'actualité et aussi des informations. Qu'ils soient pris sur les sites ou qu'ils viennent de moi même!

  • Le groupe PSA commence à enrayer l’érosion de ses ventes en Chine

     L’un des challenges de PSA en 2018 sera de reconquérir au moins une partie des volumes perdus sur le marché chinois. La croissance des ventes du groupe en janvier est de bon augure.

    Psa peugeot citroen va rajeunir ses voitures dans les pays emergents le monde en francais

    Lire la suite

  • Le Figaro : Les équipes les plus riches du Nascar

    La valeur des équipes présentes dans ce sport a fortement progressé depuis deux ans.

    Dans le Nascar (National Association for Stock Car Auto Racing), le fossé se creuse entre les grandes et riches équipes de courses de stock-car et celles qui espèrent participer à une toute dernière course. Depuis notre première évaluation Nascar il y a deux ans, les valeurs se sont envolées. Elles sont en hausse de 65 % en moyenne, à 76,5 millions d'euros, grâce à des investissements massifs dans un sport dont la croissance radicale au cours de la dernière décennie semble assez irrégulière.

    L'an dernier, des investisseurs milliardaires comme George Gillett, le propriétaire des Canadiens de Montreal du NHL (hockey sur glace) et du club de football britannique de Liverpool, et le Président du Fortress Investment Group Rob Kaufman ont acheté des participations dans des équipes (respectivement Gillett Evernham Motorsports et Michael Waltrip Racing) après avoir décelé de la valeur dans le Nascar.

    Lire la suite

  • Le changement climatique, une bonne nouvelle pour le vin anglais

    Du raisin prêt à être transporté dans un vignoble près de Scaynes Hill, appartenant au département vin du Plumpton College dans le sud de l'Angleterre, le 12 octobre 2015

    AFP/AFP - Du raisin prêt à être transporté dans un vignoble près de Scaynes Hill, appartenant au département vin du Plumpton College dans le sud de l'Angleterre, le 12 octobre 2015

    Lire la suite

  • Athlétisme/dopage: la Russie se défend, le scandale menace de s'étendre

    La Russie a rejeté mardi les accusations de dopage et de corruption qui l'accablent et a promis des réponses rapides pour éviter d'être bannie des JO-2016 à cause de cet énorme scandale qui menace de s'étendre à d'autres pays et d'autres sports.

    "Les accusations sont infondées", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, lors d'une conférence de presse, en estimant qu'elles n'étaient pas "étayées par des preuves".

    De son côté, la Fédération russe d'athlétisme "va bientôt soumettre à l'IAAF (la Fédération internationale, ndlr) un document (sur son) programme antidopage et les étapes concrètes de sa mise en oeuvre", a-t-elle assuré dans un communiqué, en jugeant qu'"un partenariat honnête (avec l'IAAF) serait beaucoup plus efficace que toute suspension ou isolement".

    Pour la Russie de Vladimir Poutine, qui a organisé les JO d'hiver à Sotchi en 2014 et accueillera le Mondial de football en 2018, le temps presse: elle a jusqu'à la fin de la semaine pour répondre aux révélations du rapport explosif publié lundi par l'Agence mondiale antidopage (AMA), qui l'accuse de "dopage organisé", de ses athlètes jusqu'au sommet de l'Etat. Faute de quoi elle risque une suspension de toute compétition en athlétisme, dont les JO-2016 de Rio.

    Au-delà du cas de la Russie, une question brûlante se pose: le scandale va-t-il s'étendre? Si oui, la crédibilité du sport et des valeurs qu'il est censé porter recevrait un coup terrible, à neuf mois des JO de Rio et sept de l'Euro de football en France. D'autant que le tableau a déjà été noirci cette année par les accusations de corruption à la Fifa.

    - Le Kenya, la Chine et les autres -

    "La Russie n'est pas le seul pays, ni l'athlétisme le seul sport, à faire face au problème du dopage organisé", écrit la commission d'enquête indépendante de l'AMA dans son rapport.

    Un autre pays semble particulièrement visé. "Il semble plutôt clair (...) que le Kenya a un vrai problème. Et cela lui a pris beaucoup de temps pour le reconnaître", a assuré lundi le Canadien Dick Pound, président de la Commission indépendante de l'AMA.

    Selon plusieurs spécialistes de l'antidopage, le risque existe surtout dans des pays où le régime est fort.

    "De telles fraudes ne peuvent être qu'étatiques, avec plusieurs décideurs impliqués dont les services secrets", explique à l'AFP un spécialiste souhaitant garder l'anonymat, qui cite le cas de la Chine.

    Il rappelle que, peu de temps avant les jeux Olympiques de Pékin en 2008, un journaliste allemand s'était fait passer pour l'entraîneur d'une nageuse à la recherche de méthodes améliorant les performances, et qu'il "ne lui avait pas fallu longtemps avant que des intermédiaires lui proposent clés en mains un kit de manipulation génétique pour 30.000 euros".

    D'autres questions ont été soulevées dans un reportage diffusé en août 2015 par la chaîne allemande ARD, dont un premier documentaire, en décembre 2014, a été à l'origine de l'enquête de l'AMA.

    Les auteurs du reportage assuraient qu'un tiers des 146 médaillés mondiaux ou olympiques en athlétisme entre 2001 et 2012 pouvaient être soupçonnés de dopage, dont 18 Kenyans. Par ailleurs, sur 5.000 athlètes de toutes nationalités testés durant cette période, 800 présentaient des résultats suspects, selon ARD.

    - La natation concernée? -

    L'IAAF a depuis répondu en rappelant qu'un résultat suspect n'était pas forcément synonyme de dopage avéré, d'autant que ces tests n'avaient pas à l'époque été conduits de manière standardisée.

    Avant la fin de l'année, l'AMA pourrait d'ailleurs faire de nouvelles annonces puisque le mandat de la commission d'enquête a été élargi l'été dernier pour travailler sur ces dossiers.

    Quid alors des sports potentiellement touchés, en plus de l'athlétisme et du cyclisme avant lui?

    Car si le rapport s'intéresse en particulier au demi-fond et au fond en athlétisme, la natation, le ski de fond et l'aviron sont aussi évoqués. Autant de disciplines où l'endurance est primordiale.

    Dans le reportage de l'ARD, l'ancienne athlète russe Yulia Stepanova, devenue lanceuse d'alerte, témoignait de la présence de sportifs d'autres disciplines dans la salle d'attente du médecin qui lui fournissait des produits.

    "Il y avait des nageurs, des entraîneurs et des athlètes d'autres sports, des skieurs de fond...", raconte-t-elle, citée par le rapport.

    En septembre dernier, ARD avait révélé, en collaboration avec le journal britannique The Sunday Times, les résultats d'une étude demandée par l'UEFA (l'Union européenne de football).

    Elle portait sur 4.000 échantillons d'urine prélevés sur 879 joueurs dans des rencontres de Ligue des champions. Et ses résultats étaient troublants, avec 7,7% de tests affichant des taux de testostérone élevés, ce qui peut suggérer l'utilisation de stéroïdes anabolisants.

    [Lire Plus..]

  • Birmanie: le pouvoir commence à reconnaître sa défaite

    Les héritiers de la junte toujours aux commandes en Birmanie ont commencé mardi à reconnaître leur défaite face à l'opposante Aung San Suu Kyi, dont la domination était confirmée par des résultats tombant au compte-gouttes.

    Pour la chambre basse du Parlement (la plus importante, avec 323 sièges en jeu), les derniers résultats portant sur 88 sièges indiquent que la Ligue nationale pour la démocratie (LND) en a remporté 78, contre cinq pour le parti au pouvoir, l'USDP.

    Si les chiffres sont encore trop partiels pour dégager une tendance nette, le parti d' Aung San Suu Kyi revendique d'ores et déjà une victoire écrasante, de 75% aux législatives de dimanche, grâce à un important réseau d'observateurs.

    Interrogé par l'AFP, un haut responsable du parti au pouvoir, l'USDP, qui a fait campagne sur les réformes menées depuis quatre ans par l'ex-général Thein Sein, a reconnu l'échec de son parti. "Notre parti a totalement échoué. La LND est victorieuse. C'est le destin de notre pays", a déclaré Kyi Win, un ancien colonel, lançant un signal fort dans un pays sans tradition d'aveu d'échec de la part du pouvoir.

    "Aung San Suu Kyi doit prendre les manettes dès maintenant", a-t-il plaidé, alors que selon une des bizarreries du système politique birman, c'est d'abord l'ancien Parlement qui se réunira, dès lundi. Le nouveau se réunira seulement début 2016, pour élire un président.

    Après des décennies de dissidence et plus de 15 ans en résidence surveillée, la "Dame de Rangoun", âgée de 70 ans, doit donc encore faire preuve de patience.

    - 75% des sièges -

    Mardi, elle a évalué sa victoire à hauteur de 75% des sièges (après avoir évoqué 70% jusqu'ici).

    Elle a jugé les élections de dimanche "en grande partie libres", tout en déplorant quelques "intimidations" résiduelles, dans une interview à la BBC.

    "C'est bien plus difficile pour les perdants d'accepter les résultats que pour les gagnants. Si les perdants l'acceptent, ce sera révélateur de la crédibilité du processus", a déclaré le chef de la délégation d'observateurs européens, Alexander Graf Lambsdorff.

    Il s'est cependant refusé à qualifier ce scrutin historique de libre, insistant sur le fait que "cette élection n'est pas finie", tant que les résultats ne sont pas publiés.

    Mardi, le président sortant, Thein Sein, n'a fait aucun commentaire depuis Naypyidaw, la capitale administrative fantôme construite dans le plus grand secret au début des années 2000 par une junte paranoïaque.

    "Nous n'avons rien à dire pour le moment. Le président a dit avant les élections qu'il accepterait les résultats. cela n'a pas changé", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la présidence, Zaw Htay.

    Les partisans d'Aung San Suu Kyi retenaient leur souffle, respectant pour l'heure les consignes de patience.

    - Incurie ou lenteur intentionnelle -

    Les interrogations se sont multipliées face à la lenteur de la commission électorale à donner les résultats du vote, pour lequel 80% des plus de 30 millions d'électeurs se sont déplacés.

    Devant le siège de la LND à Rangoun, les organisateurs ont démonté l'écran géant où des centaines de partisans suivaient encore lundi soir l'égrenage des résultats dans une ambiance de liesse.

    Les premières circonscriptions tombées se trouvent dans les régions de Rangoun et Mandalay, la deuxième ville du pays, traditionnellement pro-LND. Les derniers résultats tombés mardi matin montrent que la LND domine, même dans des régions rurales comme le delta de l'Irrawaddy.

    Si le score de 70% pour la LND se confirme, cela permettrait à Aung San Suu Kyi d'avoir une majorité absolue malgré la présence d'un quart de députés militaires, non favorables à son parti.

    Après des décennies de junte militaire, puis de domination de ses héritiers depuis les réformes lancées en 2011, cela représenterait une révolution complète et inédite pour la scène politique birmane.

    "La LND domine le premier round des résultats électoraux", titrait en Une le journal officiel Global New Light of Myanmar. Le Myanmar Times pointait du doigt "la frustration face à la lenteur" du décompte. Mais, dans un pays habitué aux lenteurs en tous genres, notamment administratives, la population joue le jeu.

    "Je ne m'inquiète pas trop pour les résultats", explique Myo Lwin, enseignant en informatique à Rangoun, confiant dans le fait que le pouvoir sortant "va respecter les résultats".

    "Les résultats sont en retard parce qu'il y a des endroits qui sont très difficiles d'accès", ajoute-t-il, alors que des médias locaux pointent du doigt une administration électorale inefficace.

    [Lire Plus..]

  • VIDÉO - Deux morts dans une fusillade à Marseille

    Deux hommes ont été tués dans la nuit dans une fusillade qui a impliqué les occupants de deux voitures au niveau d'un tunnel routier, près du Vieux-Port à Marseille.

    L'un des deux hommes est mort sur le coup, le deuxième est décédé des suites de ses blessures, précise une source policière. Un troisième homme a été légèrement blessé. La fusillade a éclaté vers minuit entre les occupants - quatre à chaque fois - de deux BMW dans le tunnel Prado-Carénage, selon La Provence.

    Les trois personnes touchées par des coups de feu occupaient la même voiture, dont le quatrième occupant est en revanche indemne. Tous les quatre sont connus des services de police, a-t-on encore précisé, sans pouvoir indiquer dans l'immédiat quel type d'arme a été utilisé. La deuxième BMW aurait pour sa part été retrouvée incendiée.

    "Suite à une fusillade dans les bretelles Pharo/Vieux-Port de Prado Carénage, la police judiciaire a demandé la fermeture pour enquête et relevé d'indices sur l'ensemble des ouvrages du Vieux-Port", a pour sa part annoncé le Centre régional d'information routière. "Le tunnel Prado/Carenage est fermé dans les deux sens pour une durée indéterminée. D'importantes difficultés de circulation sont à prévoir", a ajouté le Cricr.

    La ville de Marseille, où les règlements de comptes - souvent liés au trafic de drogue - ont fait 11 morts depuis le début de l'année selon le ministère de l'Intérieur, a récemment été marquée par une fusillade qui a fait trois morts, dont deux adolescents de 15 ans, dans le hall d'un immeuble d'une cité des quartiers nord.
     
    [Lire Plus..]

  • La Grande-Bretagne renonce à former les gardiens de prison saoudiens

    image: http://s2.lemde.fr/image/2015/10/14/534x0/4788884_6_8b8d_le-premier-ministre-britannique-david-cameron_b2a54e72e9f2e4ffb1564f09f5755fee.jpg

    Le Premier ministre britannique David Cameron au congrès annuel du parti conservateur, à Manchester, le 7 octobre 2015.

    Au moment même où la France se targuait, mardi 13 octobre, de la signature de nouveaux contrats, y compris d’armement, avec l’Arabie saoudite, le gouvernement britannique s’est trouvé contraint, sous la pression de l’opinion, de se retirer d’un appel d’offres visant la formation de gardiens de prison dans ce pays. Le contrat, d’un montant de 5,9 millions de livres sterling (7,9 millions d’euros), est modeste comparé aux recettes engrangées par les ventes d’armes de Londres à Riyad (4 milliards de livres soit 5,3 milliards d’euros). Mais ce recul traduit un net changement de ton dans les relations excellentes qu’entretient le premier ministre David Cameron avec le royaume saoudien, premier partenaire commercial du Royaume-Uni au Moyen-Orient et fournisseur de renseignements réputés décisifs en matière de lutte contre le terrorisme.

    L’émotion suscitée par le sort de Karl Andree, un ressortissant britannique de 77 ans résidant en Arabie Saoudite depuis 25 ans, apparaît comme l’une des explications de ce repositionnement. Le septuagénaire a été condamné à un an de prison – peine qu’il a purgée - et à 350 coups de fouet pour avoir transporté des bouteilles de vin artisanal dans sa voiture, alors que la possession d’alcool est strictement prohibée. La révélation par le tabloïd The Sun du calvaire de l’expatrié, « malade trois fois d’un cancer et asthmatique », a contraint M. Cameron à annoncer, mardi, qu’il allait « faire part » par écrit « de sa préoccupation » aux autorités de Riyad.

    Un autre coup de projecteur sur la situation des droits de l’homme dans le royaume saoudien et l’ambiguïté des relations entre Londres et Riyad a été donné par Jeremy Corbyn, le nouveau chef du parti travailliste. A la veille de l’ouverture du congrès du Labour, le 26 septembre, M. Corbyn avait enjoint David Cameron de « dénoncer le marché destiné à fournir des services au système pénitentiaire saoudien ». Ce système, avait insisté le leader de gauche dans son premier grand discours, est celui-là même qui prépare l’exécution par décapitation et crucifixion de Ali Mohammed Al-Nimr, un jeune homme de vingt ans condamné à mort pour avoir participé à des manifestations.

    Vive controverse au sein du gouvernement

    « David Cameron s’est couvert de honte au point de devoir inverser sa position, a commenté M. Corbyn après l’annonce du retrait du contrat pénitentiaire. Nous devrions adresser au monde le message que le Royaume-Uni est un modèle en matière de droits de l’homme. Ce contrat (…) aurait terni sa réputation ».

    Lire aussi : A Riyad, Manuel Valls discret sur la question des droits de l’homme

    Officiellement, la volte-face de M. Cameron n’a rien à voir avec ce lourd contexte. « Ce sont des questions différentes », a insisté le porte-parole du premier ministre. Mais le Times rapporte que l’affaire du contrat pénitentiaire suscitait depuis plusieurs mois une vive controverse au sein du gouvernement. Tandis que le nouveau ministre de la justice Michael Gove plaidait pour le dénoncer, affirmant que le Royaume-Uni ne pouvait aider un régime qui recourt à des peines telles que la pendaison, la lapidation ou la crucifixion, son collègue du Foreign office, Philip Hammond, l’accusait de « naïveté », mettant en avant « les intérêts plus larges du gouvernement britannique ». David Cameron, qui a longtemps soutenu M. Hammond, a fini par sacrifier le petit contrat pénitentiaire.

    M. Gove, à qui il est revenu d’annoncer l’arbitrage favorable à sa cause, mardi devant la chambre des Communes, s’en est tiré par une contorsion rhétorique. Insistant sur le nécessaire équilibre entre la promotion des droits de l’homme et la sécurité, il a affirmé que « la coopération avec l’Arabie Saoudite avait permis de sauver des vies britanniques », faisant allusion à des attentats déjoués grâce aux renseignements fournis par Riyad. Ainsi, parce que « la sûreté et la sécurité sont les premiers des droits de l’homme », a-t-il conclu, le Royaume-Uni « va continuer la nécessaire coopération sécuritaire avec le gouvernement saoudien (…) ».


    [Lire Plus..]

  • Armement : le gouvernement navigue à vue

    image: http://s2.lemde.fr/image/2015/10/14/534x0/4789147_6_4966_le-president-de-la-republique-francois_e0741e54734963284868922385053353.jpg

    Le président de la république François Hollande sur les chantiers navals de Saint-Nazaire, mercredi 13 octobre.

    Nos deux capitaines voient l’horizon industriel de la France s’éclaircir. En déplacement à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le mardi 13 octobre, le président François Hollande s’est félicité du très bon cap suivi par les chantiers navals dont le carnet de commandes est rempli jusqu’en 2020.

    Des paquebots bien sûr, mais aussi de beaux vaisseaux militaires, comme les deux Mistral accostés non loin de là. En dépit de l’annulation de leur livraison à la Russie, le président s’est montré confiant quant à la conclusion de nouveaux partenariats avec Moscou pour la vente d’autres navires. Les Mistral refusés aux Russes ont quant à eux trouvé preneur auprès du nouvel ami égyptien, aujourd’hui considéré comme plus présentable que le pays de Vladimir Poutine.

    A 6 000 kilomètres de Saint-Nazaire, Manuel Valls s’est rengorgé en annonçant « dix milliards de contrats ! » à l’issue de sa visite en Arabie saoudite. Parmi les engagements évoqués, des trains, des métros, et bien sûr encore des armes. Des patrouilleurs, dans un premier temps, et dans un second des moyens antimissiles et des satellites.

    Le poids de l’Arabie saoudite

    Les milliards pleuvent sur l’industrie d’armement française. Les commandes à l’exportation pourraient cette année dépasser les 18 milliards d’euros. Ce serait alors plus que la Chine ou la Russie, et une nouvelle formidable pour le commerce extérieur. La France touche les dividendes économiques d’une politique volontariste en soutien d’une filière qui emploie 165 000 personnes réparties dans 4 000 entreprises.

    Nous voilà loin du 5 juin 1981, quand François Mitterrand, tout nouveau président, faisait désarmer les avions pour montrer sa réticence vis-à-vis de ce commerce particulier. Ce faisant, au-delà de toute considération morale, la stratégie française n’est pas sans risques.

    Le premier est celui de sa dépendance vis-à-vis de quelques clients, au premier rang desquels l’Arabie saoudite et ses voisins du golfe Arabo-Persique. La France profite du désamour de la région envers le traditionnel partenaire américain. Le royaume des Saoud a été, en 2014, le premier client étranger de l’industrie d’armement française. Et cela sans compter ses coups de pouce ou financements directs à ses alliés libanais, voire égyptiens.

    Le second risque découle du premier. Est-ce l’industrie d’armement qui est au service d’une politique étrangère ou l’inverse ? L’argument économique l’emportera-t-il sur le souci d’un rapprochement avec l’Iran, ennemi juré du clan sunnite ? Avec, là encore, des retombées économiques non négligeables. Et pas seulement avec l’Iran. Pour vendre ses Rafale au Qatar, la France a autorisé Qatar Airways à ouvrir des lignes vers Lyon et Nice pour mieux concurrencer Air France sur les lignes vers l’Asie. On connaît la suite. Comme le pilotage en eau trouble, l’art de la vente d’armes demande un certain cynisme, mais aussi pas mal de discernement.

    [Lire Plus..]

Vous trouverez sur ce site toute sorte d'informations que ce soit privée, publique, politque etc.. Pour votre sécurité et celle des autres nous vous remerciant de lire ces CGU

(Conditions Général d'Utilisations) principales. Pour plus d'informations sur celui-ci "Mentions Légales" et "CGU (Conditions Général d'Utilisations)"

En visitant ce site je m'interdit:

  1. De portez plainte en cas de contenue m'Offensant 
  2. D'interdire l'accès au site et à certain contenue aux personnes sensible se trouvant à côté de moi.
  3. De pas faire passez les articles, page, sondage ou autres susceptible de déclencher des problèmes diplomatique, ouvrière ou des autres rang.
  4. Faire les choses dîtes interdite par les CGU, Mentions Légales et autres Règles étant du site.
  5. D'accéder au site s'il me fournis des donné et logiciel interdit par les lois de (ma/mon) Ville/Région/Département/Pays/Etats ou autres signe gouvernementale.
  6. De diffuser toute sortes de spam, racisme ou autres chose illégales ou discriminatoires.

 

En visitant ce site je m'Oblige à:

  1. Contacté l'administrateur du site en cas de contenue m'offensant ou offensant une autre personne.
  2. Disposer des programme, logiciel ou autres technologie pouvant empêcher les les âmes sensibles et les jeunes personnes à accéder au site.
  3. Disposer d'un bouclier anti-espion ou d'un anti-virus.
  4. Respecter les règles tels quelles soient tant qu'elles font partie du site.
  5. Avertir l'administrateur si vous trouvez quelqu'un entrain d'utilisez les fails du site et de ses services à des fins non autorisé et/ou illégaux.
  6. Ne pas déranger les conversations que d'autres internautes en commencer dans les forum Privé.

 

PARTENAIRE:

Logoofficiel desrecherchesofficiel03

Découvrez le potail communautaire DesRecherche.com! Il est entièrement Français et fait pour les Francophone!

http://www.desrecherche.com/

×